Chronique d’un Palais en télétravail «L'essence de la billetterie, c'est l'humain»

25 mars 2020

Catégorie Le Journal de Nicolas Houle
Types En coulisses, Entrevue
Écrit par : Francis Patenaude

«L'essence de la billetterie, c'est l'humain»

En cette période exceptionnelle, entrez dans les coulisses de notre quotidien grâce à la «Chronique d’un Palais en télétravail». Aujourd’hui, une rencontre avec Diela Diambomba, cheffe de la billetterie.

 

Diela est une force tranquille. Elle travaille au Palais Montcalm depuis maintenant 10 ans et a grimpé les échelons, passant de préposée à l’accueil à cheffe de la billetterie. Quotidiennement, elle veille à ce que son équipe assure un service optimal auprès du public, que la vente de billets se réalise sans embûches et que tout soit bien programmé dans les systèmes. Vous êtes un(e) habitué(e) du Palais? Vous l’avez probablement déjà croisée un jour de spectacle ou un soir de lancement.

Le 23 mars, alors que le gouvernement du Québec annonçait la «mise sur pause» de la province, Diela a vécu un «remous sans précédent à la billetterie». Celle qui a connu des changements de logiciels et maints défis se retrouve désarmée: «Pour la première fois, le contact direct avec les clients n’est plus disponible: ni au téléphone, ni en personne. On dira ce que l’on veut mais, malgré la croissance des technologies numériques, parler à un être humain reste essentiel.» 

En effet, son équipe, qui réalisait un travail exceptionnel depuis la première suspension des activités du 12 mars, a dû rentrer à la maison lundi. «J’ai été très émue quand j’annoncé la nouvelle à l’équipe. […] Je m’ennuie et j’ai déjà hâte de les retrouver pour continuer l’aventure. Je suis chanceuse d’avoir une équipe comme celle-ci», exprime-t-elle en pensant à Madeleine, Jérôme, Catherine, Lucie, Pascale, Rose et Kim.

Le monde à l’envers

Diela tient à rassurer le public, aucun billet ne sera perdu. La complexité de la situation actuelle est liée au volume: «Un changement de date ou une annulation peut arriver pendant l’année, mais pas avec autant de concerts en même temps. Pour cette raison, il est plus simple et efficace que les clients attendent nos communications.»

Sur le ton de l’anecdote, elle constate que c’est «le monde à l’envers»! Le dévoilement et la mise en vente d’un spectacle s’effectuent habituellement après des mois de travail mais, cette fois, le public a déjà ses billets pendant que «tout le monde pédale pour que le concert ait lieu». Il faut se rappeler que le Palais Montcalm accueille plusieurs organismes et producteurs, ce qui fait en sorte que chaque spectacle doit être traité à la pièce.

Jusqu’au dernier moment

Alors qu’elle quittait la billetterie une dernière fois pour se terrer dans le télétravail, Diela déambulait seule dans un vaste Palais déserté: «C’est un peu épeurant à vrai dire! Haha! On entend le bâtiment bouger. Mais, il y a aussi quelque chose de très solennel, d’historique. C’est un vrai privilège de travailler dans un endroit magnifique avec tant d’histoire.» 

Un texte de Francis Patenaude. Retour au Journal de Nicolas Houle >

 

DÉTAILS AU PALAISMONTCALM.CA/COVID-19

 


La parole est à vous!