La liste du Palais Cinq albums-culte à découvrir ou à redécouvrir

19 mai 2020

Catégorie Le Journal de Nicolas Houle
Types Liste d'écoute
Écrit par : Nicolas Houle

Cinq albums-culte à découvrir ou à redécouvrir

Au fil du temps, le terme album-culte a été quelque peu galvaudé, au point où on en vient à confondre albums-culte et grands classiques. Mais cette semaine, on revient aux sources en vous proposant des enregistrements qui, s’ils n’ont pas connu un grand succès commercial, ont eu droit à un succès d’estime – parfois posthume – au point où plusieurs leur vouent un véritable culte.

 

Captain Beyond, Captain Beyond

«Formation réunissant d’anciens membres d’Iron Butterfly (Rhino Reinhardt, Lee Dorman), du Johnny Winter band (Bobby Caldwell) et de Deep Purple (le chanteur Rod Evans), Captain Beyond semblait destiné à atteindre les sommets. Signé sur l’étiquette des Allman Brothers (Capricorn Records), les gars ont pondu mélange de hard rock, de prog, voire même de jazz rock avec ce premier enregistrement éponyme, électrisant, qui surprend encore aujourd’hui par sa fraîcheur, son mordant et son audace. L’album suivant a ensuite emprunté davantage au latin rock, style Santana, sans succès, après quoi un autre album, sans Evans, est venu clore la trilogie. Mais ce premier enregistrement, régulièrement réédité, est celui à se procurer. Des captations live de l’époque et des inédits refont encore surface et ne cessent de fasciner. Caldwell a même décidé de repartir en tournée pour jouer ce répertoire avec une nouvelle bande de musiciens…» — Nicolas Houle

Écouter Captain Beyond sur Spotify et Apple Music.

 

The Graham Bond Organisation, The Sound Of 65

«Le claviériste, saxophoniste et chanteur Graham Bond fait partie des pères fondateurs de la vague rhythm and blues britannique des années 1960. Il a été à l’origine de l’émergence  de plusieurs légendes rock/blues dont Jack Bruce (bassiste et chanteur de Cream), Ginger Baker (batteur de Cream), John McLaughlin (guitariste Miles Davis, Mahavishnu Orchestra, etc.) et bien d’autres. L’album The Sound Of 65 met à l’avant-scène le talent de Bruce et de Baker dans ce qui peut être considéré comme la genèse du premier super groupe de l’histoire du rock, Cream. On retrouve dans cet album des réinterprétations bien senties de classiques du blues américain (Hoochie Coochie, Early in The Mourning) ainsi que des compositions originales dont Spanish Blues, Oh Baby (avec un super solo de Baker) et Train Time qui deviendront un incontournable en concert pour Cream. Il ne faut surtout pas oublier l’apport du 4e membre de ce groupe, le saxophoniste Dick Heckstall-Smith qui apporte une touche jazz aux pièces, leur donnant même une saveur swing par moment. La version remastérisée renferme quelques inédits et des versions alternatives qui sont très intéressantes.» — Simon Gagnon

Écouter The Sound Of 65 sur Spotify et Apple Music.

 

Temple of the Dog, Temple of the Dog

«À une époque où Pearl Jam n’existait pas encore et Soundgarden n’avait pas encore connu le succès qu’il connaîtra plus tard, le groupe Temple of the Dog se forma le temps d’un seul album. En 1990, Chris Cornell (Soundgarden) a voulu rendre hommage à son ami et colocataire Andrew Wood (chanteur du groupe Mother Love Bone) mort d’une surdose au cours de l’année. Il fut rejoint par Stone Gossard et Jeff Ament, deux membres de Mother Love Bone et futurs membres de Pearl Jam, Matt Cameron (Soundgarden), Eddie Vedder et Mike McCready (futurs membre de Pearl Jam). Le simple de cet album Hunger Strike, chanson sur laquelle Eddie Vedder chante en duo avec Chris Cornell, marque le début de la période Grunge.» — Claudie Lapointe

Écouter Temple Of The Dog sur Spotify et Apple Music.

 

Peter Blegvad, Just Woke Up

«Poète, dessinateur (il est derrière les formidables strips Leviathan), professeur à l’université de Warwick, en Angleterre, guitariste et chanteur, Peter Blegvad mène une fascinante carrière, le plus souvent loin des projecteurs. Il a œuvré au sein de Slapp Happy, des Golden Palominos, a collaboré avec Andy Partridge (XTC), John Zorn et combien d’autres. S’il aime l’avant-garde ou l’érudition, il aime tout autant le blues et une folk accessible, digne descendante de Bob Dylan. Il n’a jamais connu le succès mérité, bien que plusieurs des enregistrements auxquels il a participé soient devenus cultes et que de nombreux artistes ont salué son talent, dont Loudon Wainwright III (paternel de Martha et de Rufus), qui a repris Daughter. Just Woke Up figure parmi les meilleurs crus de Blegvad. Sa poésie regorge de magnifiques trouvailles ou images (I’m like those guys who rains from the sky in that painting by Magritte) et sa musique, livrée entre autres avec les estimés Chris Cutler (batterie) et John Greaves (basse), est invariablement efficace. De l’excellente Special Delivery, en ouverture, à (Something Else) is Working Harder, de la pièce titre à Best Thing, le génie de Blegvad fait sourire, étonne, touche, bref frappe toujours dans le mille.» — Nicolas Houle

Écouter Just Woke Up sur Apple Music.

 

David Axelrod, Song Of Innocence

«Avant de composer et produire cet album, Axelrod était plutôt connu pour ses talents de réalisateur, arrangeur et d’ingénieur de son dans les années 1960 pour des artistes tel que Cannonball Adderley, The Electric Prunes, Donna Loren, etc. Avec Song Of Innocence, l’artiste nous fait la démonstration de tous ses talents avec un album grandiose aux pièces épiques grâce aux arrangements de vents et cordes riches reposant sur base de guitare, basse et batterie très solides et groovy. En tant que vétéran des studios, on se doute bien que le compositeur n’a engagé que la crème des musiciens pour interpréter sa musique dont Howard Roberts (guitare), Earl Palmer (batterie) et Carol Kaye (basse), qui constituaient son trio de choix lorsqu’il était réalisateur. Cet album a merveilleusement bien traversé le temps, ne serait-ce que par la qualité des pièces et de sa production, mais également par le fait qu’il s’agit d’un des albums les plus utilisés dans la musique électronique et hip-hop. En effet, on peut retrouver plusieurs fragments de l’album ainsi que d’autres de la discographie d’Axelrod dans les albums de DJ Shadow, De La Soul, Wu Tang Clan, Sublime et bien d’autres.» — Simon Gagnon

Écouter Song of Innocence sur Spotify et Apple Music.

 

Un album-culte vous fait particulièrement vibrer? Partagez vos découvertes sur notre page Facebook!

Un texte de Nicolas Houle. Retour au Journal de Nicolas Houle >

 


La parole est à vous!