Léveillée, entre Claude et moi Marie Denise Pelletier et l’ami Claude

29 septembre 2021

Catégorie Le Journal de Nicolas Houle
Types Entrevue, Programmation
Écrit par : Anne-Louise Champagne

Marie Denise Pelletier et l’ami Claude

C’est une offre superbe pour les fans de Marie Denise Pelletier et de Claude Léveillée : le 9 octobre, au Palais Montcalm, la chanteuse reprendra son spectacle Léveillée, entre Claude et moi, accompagnée cette fois de la Sinfonia de Lanaudière. Ce spectacle, où les compositions de Léveillée seront parées de leurs plus beaux atours, soulignera dignement le dixième anniversaire de la mort de cet important artiste.

Marie Denise Pelletier a fait voyager ce spectacle-hommage à Léveillée à travers le Québec en 2018 et 2019. Un album du même nom avait précédé les spectacles. Elle était alors accompagnée de quatre musiciens, dont son complice, le pianiste Benoît Sarrasin.

Ce dernier sera encore du spectacle, toutefois, les deux créateurs seront entourés des dix musiciens de la Sinfonia, sous la direction de Stéphane Laforest, le tout dans une mise en scène et direction artistique de Serge Postigo.

Cette nouvelle version du concert, « je l’entendais dans ma tête, confie la chanteuse. Il y avait déjà (en 2018-2019) une facture néo-classique, avec les cordes et tout. » La Sinfonia s’y est donc intégrée tout naturellement.

Une histoire de plusieurs années

Reste que la gestation du spectacle est une histoire en soi. On peut même la faire remonter à la tendre enfance de Marie Denise!

C’est que la musique de Léveillée était omniprésente à la maison, au début des années 60. Les frères et sœurs plus âgés achetaient ses albums, ils étaient des fans, et la petite Marie Denise l’est devenue aussi par la force des choses. Mais l’influence de Léveillée va plus loin que cela.

« Entre Claude et moi, c’est le rapport à mes premières musiques de petite fille, un rapport à la musicalité qui se développait dans mon oreille. C’était toute une école, c’est un mélodiste tellement extraordinaire. J’ai l’impression d’avoir sa musique dans mon ADN », assure-t-elle.

Le lien entre les deux artistes s’est concrétisé au fil de la carrière de la chanteuse. « J’ai eu l’immense privilège d’être à la même maison de disques que lui pendant 10 ans. Le dernier enregistrement qu’il a fait sur disque, c’est sur mon album Les mots de Marnay. »

Ces années lui ont permis de mieux connaître l’homme. « Claude Léveillée était un être extrêmement sensible. Il savait reconnaître l’humanité chez les gens. Mais leurs travers aussi. Ses yeux étaient comme des scanners, il pouvait tâter le pouls d’une société.

« Il avait aussi cet amour incommensurable de la nature. Il a vécu à la campagne pendant plusieurs années même si c’était un gars né en ville. On avait ça en commun, l’amour de la nature. »

Léveillée était cependant un homme très discret. « On avait souvent de belles conversations lui et moi, mais jamais dans son jardin secret, poursuit-elle. C’était vraiment quelque chose qui lui appartenait. »

Rappelons que Léveillée est décédé en juin 2011, à l’âge de 78 ans. Il avait été victime de deux accidents vasculaires cérébraux en 2004, qui l’avaient empêché de poursuivre sa carrière.

Marie Denise Pelletier

Le temps d'une chanson

Rencontrez Marie Denise Pelletier… le temps d’une chanson

Le fidèle complice

Marie Denise Pelletier n’est pas la seule à être tombée sous le charme de Claude Léveillée, à l’époque des vinyles. Le jeune Benoît Sarrasin y a également trouvé l’inspiration pour le piano et a beaucoup appris à son écoute. « Léveillée était un grand pianiste autodidacte, qui avait une façon de jouer… C’était vraiment spectaculaire. »

Elle insiste pour dire que le projet Léveillée a été travaillé conjointement avec Benoît Sarrasin. Le choix des chansons s’est étalé sur quelques années. « On a vraiment expérimenté. Au départ, c’était mes coups de cœur, il y avait près de 40 chansons. » Mais il fallait épurer. « Il fallait essayer ma voix sur les chansons, il fallait qu’il y ait un lien… et puis tout s’est emboîté. »

« On a fait des démos piano et voix, Benoît et moi. On se disait que si c’était bon, alors tout ce qu’on ajoutera, ce sera juste un plus! »

Des musiciens ouverts

Marie Denise Pelletier avait déjà travaillé avec la Sinfonia, lors de spectacles de Noël et dans un spécial des années 80.

« Ce que j’aime de la Sinfonia et de Stéphane Laforest, c’est qu’ils sont des musiciens extraordinaires, évidemment, et qu’ils peuvent jouer n’importe quoi, du jazz, du classique, du pop. Cette ouverture-là, c’est intéressant.

« J’espérais pouvoir travailler avec Stéphane sur un projet particulier. On lui a parlé de ça, il aime beaucoup Léveillée aussi, donc, ça s’est fait comme ça, en lui demandant! » 

Le choix des chansons reste le même que celui de la première mouture du spectacle, avec des arrangements différents, évidemment. « Mais il reste quelques chansons qui ne sont pas totalement arrangées pour la Sinfonia. Il y aura « un petit aparté, une petite parenthèse ».

« Il y aura en fait un numéro Léveillée-Gagnon, parce que André Gagnon a été le premier pianiste accompagnateur de Claude. C’est drôle parce que, au début, Claude ne s’accompagnait pas tout le temps et (André Gagnon) a été son premier directeur musical. »

« Ils ont fait quelques albums musicaux ensemble, pas chantés. Il y aura deux pianistes pour cet hommage-là. »

Qu’aurait pensé Léveillée de ce spectacle?, ose-t-on lui demander. « Mon Dieu, j’espère qu’il aurait aimé! Parce qu’on l’a fait vraiment dans le respect de son œuvre.

« Peut-être aurait-il été surpris de que je raconte tout ça… La chanson Taxi… Mon père était chauffeur de taxi, et (la chanson) expliquait la vie de mon père à l’époque. Et ça, peut-être que je n’ai jamais pris le temps de le lui dire… »

« J’ose espérer qu’il serait content. »


Le spectacle de Marie Denise Pelletier et la Sinfonia de Lanaudière aura lieu le 9 octobre 2021, à 19h30, dans la salle Raoul-Jobin. Les places en salle sont maintenant disponibles sans distanciation physique, le port du couvre-visage est obligatoire en tout temps et le passeport vaccinal avec pièce d’identité seront exigés.

Ce spectacle sera également diffusé en direct sur le web grâce à notre salle virtuelle. 

Fan de musique? Suivez-nous!

Facebook YouTube

 

Un texte d’Anne-Louise Champagne. Retour au Journal de Nicolas Houle >

 


Ce soir

19 H

IAN KELLY

Long Story Short

En salle + En webdiffusion

Le public est de retour

au Palais Montcalm!

Enfin ensemble

en salle et en webdiffusion