Raconte-moi une chanson

12 novembre 2021

Catégorie Le Journal de Nicolas Houle
Écrit par : Anne-Louise Champagne

Raconte-moi une chanson

Le 19 novembre au Palais Montcalm, Luc De Larochellière vous propose un retour vers ses deux premiers albums, Amère America et Sauvez mon âme. Laissez-nous vous amener encore un peu plus loin dans le passé en vous racontant la petite histoire de quelques unes de ces chansons, aujourd’hui devenues des classiques.

Les débuts, d’abord. Les deux premières pièces écrites par De Larochellière, et qui ont été enregistrées, sont Amère America et Le trac du lendemain. C’est avec ces deux titres qu’il a gagné le Festival de la chanson de Granby en 1986, à 19 ans.

« Ces deux chansons, je n’ai jamais arrêté de les chanter. Je dirais même que j’ai fait peu de spectacles où je n’ai pas chanté Amère America », confie l’auteur-compositeur.

Il a déjà raconté en entrevue que c’est une phrase de sa mère qui l’a inspiré. Pour encourager ses enfants à manger, elle disait, « Vous ne le savez pas mais vous êtes nés du bon bord. Vous avez la chance d’avoir de la nourriture. »

Cette expression est devenue le premier vers de la chanson.

Avec le principal intéressé, nous nous sommes replongés dans trois de ses succès.

Si Fragile: comme un cadeau

« J’avais 23 ans. D’ailleurs, j’ai écrit toutes les chansons de Sauvez mon âme avant 24 ans.

« J’ai écrit Si Fragile alors que je restais dans mon premier appartement, avec ma blonde de l’époque, sur la rue Cherrier (à Montréal). J’étais dans le salon, et je jouais les accords de la Bamba! Je ne sais pas si c’était à cause de la chaleur mais j’ai commencé à ralentir le tempo. Et au lieu de la jouer en rythmique, j’ai commencé à faire du fingerpicking dessus. Ça m’a amené à la petite riff de guitare sur laquelle j’ai construit la chanson.

« Honnêtement, cette chanson-là s’est faite une heure ou une heure et demie. J’étais inspiré. Je me rappelle que ma blonde de l’époque avait passé la tête à travers la porte du salon et m’avait dit « Ça c’est bon! Tu devrais la garder celle-là! »

« C’est comme un cadeau. Lorsque j’ai écrit la première phrase, On n’choisit pas toujours la route, je ne savais pas ce que je voulais raconter. Ça s’est écrit de phrase en phrase. À mon souvenir, il n’y a pas eu, ou presque pas, de ratures. »

Ce qui est chanté aujourd’hui ce sont les paroles dans l’ordre où elles sont apparues cet après-midi là.

Sauvez mon âme: inspirée par des voisins

« Cette chanson-là, je l’ai commencée alors que j’étais encore chez mes parents. On avait des voisins qui étaient entrés dans une espèce de secte religieuse, assez intense, avec un preacher. Finalement, je décrivais un peu ce que je voyais arriver chez mes voisins. Tout ça jumelé au fait qu’on voyait arriver les télé-évangelistes américains. Et il y avait beaucoup de scandales, financiers et sexuels, à ce moment-là. J’ai mélangé tout ça, et ça a donné cette chanson-là. »

Six pieds sur terre: la prière inversée.

« Six pieds sur terre, tout le monde l’appelle Six pieds sous terre, ce que je comprends tout à fait! C’est une espèce de prière à l’envers, une prière au bon Dieu pour que l’enfer existe. Parce qu’on a l’impression que la justice n’est pas terrestre. En tout cas, si elle est terrestre, c’est pas très encourageant. On espère qu’un jour, y’en a qui vont payer la facture de leurs actes… Dieu sait qu’il y a des actes répréhensibles qui arrivent tous les jours! Autant qu’il y a de bonnes choses, bien sûr! Mais là je m’étais attardé au côté sombre. C’est une chanson un peu fâchée mais en même temps un peu moqueuse, humoristique. »

Chansons actuelles

Les chansons de Luc De Larochellière ont traversé les 30 dernières années sans prendre une ride. S’il se retrouvait à 20 ans aujourd’hui, au départ d’une nouvelle carrière dans le monde actuel, les thèmes de ses chansons seraient probablement les mêmes, affirme-t-il. Ses chansons sont d’actualité, et parfois même de façon plus marquée aujourd’hui.

« Le pouvoir de la religion, notre rapport à l’argent, notre rapport à la célébrité, beaucoup de choses racontées sur (Sauvez mon âme) sont encore évidentes aujourd’hui. Le pouvoir de la religion, par exemple, on l’a vu dans les élections américaines. Ou dans la lutte contre l’avortement. Ces sujets ne sont pas dépassés. Mais si, aujourd’hui, j’ai moins tendance à aller par là, c’est parce que je l’ai déjà fait! ».

Toutes ces pièces reprendront donc vie sur les planches du Palais Montcalm, le 19 novembre. Les mêmes musiciens et choristes qui ont créé ces chansons entoureront le chanteur. Amère America sera jouée en version acoustique tandis que Sauvez mon âme respectera la facture originale. Ce spectacle veut souligner le 30e anniversaire de ce dernier opus, qui avait été certifié or et platine en 1991, et récompensé d’un Félix et d’un Juno.

Le spectacle tourne depuis quelques semaines, et De Larochellière estime que la nostalgie fait son œuvre. « Il y a des gens qui ont vu ce show il y a trente ans, et ils revoient les mêmes musiciens, la même gang. C’est comme un conventum, et pour nous, et pour le public! »

Fan de musique? Suivez-nous!

Facebook YouTube

 

Ce soir

19h30

Montréal Guitare Trio

Webdiffusion en direct

Ce soir

19h30

Holly Cole

Webdiffusion en direct

Ce soir

19h30

 

Martha Wainwright

Webdiffusion en direct

Ce soir

19h30

 

Serena Ryder

Webdiffusion en direct

Ce soir

19 H

IAN KELLY

Long Story Short

En salle + En webdiffusion

Le public est de retour

au Palais Montcalm!

Enfin ensemble

en salle et en webdiffusion